Marta Minujín (1943)

Marta Minujín - Arte Latinoamericano Paris

©  La Nación

30 janvier 1943, Buenos Aires

Peintre, performeuse. Issue d’une famille bourgeoise d’origine juive et espagnole, Marta Minujín est confrontée à l’art très jeune. Elle décrit son enfance comme “horrible” et pour s’échapper, décide d’épouser à 16 ans Juan Gómez Sabaini, un économiste. Étudiante à l’Université nationale, elle expose ses œuvres en 1959 au Teatro Agón. Une bourse de la Fondation nationale des arts l’emmène à Paris pour l’exposition Pablo Curatella Manes, organisée en 1960.

Minujín s’est inspiré du travail expérimental des Nouveaux Réalistes, et de leur transformation de l’art. Ces œuvres lui valent une bourse Guggenheim en 1966, et elle s’installe à New York. Le coup d’État du général Juan Carlos Onganía la même année rend cette bourse fortuite. Le nouveau régime censure son travail.

Minujín critique le monde avec humour et générosité. Ses performances, provocatrices et énergiques, dénoncent l’obscurantisme, la politique, et la censure. En 1978, pour la Biennale de São Paulo, elle crée une réplique de l’Obélisque de Buenos Aires en pan dulce de 36 mètres de haut et offre les 30 000 brioches au public – la première oeuvre d’art comestible au monde. En 1985 elle paie la dette argentine avec des épis de maïs offert à Warhol et sa Factory.

En 2017, son “Partenón de los libros” et composé 100 000 livres interdits exposés sur la Friedrichsplatz de Cassel, où les Nazis en brûlèrent 2 000 en 1933, pour protester contre la censure. Durant une autre performance, elle “paie” la dette extérieure grecque en offrant des olives à un sosie d’Angela Merkel.

Minujín vit et travaille à San Francisco. Elle est considérée comme une pionnière de la culture du Pop art argentin.

Oeuvres de Marta Minujín