Graciela Rodo-Boulanger (1935)

Graciela Rodo-Boulanger (1935)

Graciela Rodo-Boulanger (1935)

Graciela Rodo-Boulanger - Arte Latinoamericano Paris
© Cecilia Durán

1935, La Paz, Bolivie

Peintre. Son intérêt pour l’art donné par sa mère, pianiste de concert, et son père, homme d’affaires et connaisseur d’art, commence très tôt. Elle étudie l’art, la musique, en particulier le piano. Graciela donne son premier concerto à l’âge de 15 ans, et expose ses premiers travaux à Vienne et Salzburg à 18 ans. A 22 ans, Rodo Boulanger se tourne vers la peinture, et excelle dans la gravure. En 1966, son art commence à être reconnu aux États-Unis et en 1979, l’UNICEF la remarque et la nomme artiste officielle pour le poster de l’année internationale de l’Enfant.

Deux de ses travaux ornent le hall de l’Assemblée des Nations Unies. Graciela Rodo Boulanger a réalisé au cours de sa vie pas moins de 150 expositions de ses œuvres inspirées du monde de l’enfance, retranscrivant avec honnêteté l’insouciance, la naïveté et l’énergie de cette période.

En 2005, Graciela Rodo Boulanger quitte Paris pour se réinstaller en Bolivie. Sa fille Sandra et ses petits-enfants ont été des sources d’inspiration pour ses œuvres récentes. En plus des plus de 170 expositions organisées sur les cinq continents au fil des ans, elle a également organisé plusieurs expositions à la Gallery Four Forty Four de San Francisco de 1995 à 2019.

Graciela Rodo Boulanger : « Encuentros »

Les fonds neutres, ombragés et souvent texturés, inspirés des paysages de Bolivie, permettent une ardoise simpliste sur laquelle reposent les couleurs vives, influencées par les vêtements colorés transmis par la culture inca.

Ces couleurs audacieuses représentent des enfants qui font des câlins à leur animal de compagnie préféré et se balancent dans la brise chaude de l’été, tandis que certains sont actifs à vélo, jouent au football ou dansent avec grâce dans un récital de ballet et que d’autres profitent des plaisirs de la nature.

Peintures

Oeuvres de Graciela Rodo boulanger

Promenade, 2000 Huile sur toile 65 x 60 cm

Promenade

2000, huile sur toile, 65 x 60 cm

Les pastèques, 1969 Huile sur toile 72 x 60 cm

Les pastèques

1969, huile sur toile, 72 x 60 cm

Petite amie, 2000 Huile sur toile 55 x 46 cm

Petite amie

2000, huile sur toile, 55 x 46 cm

Beau dimanche, 1999 Huile sur toile 65 x 60 cm

Beau dimanche

1999, huile sur toile, 65 x 60 cm

autres informations

Travaux, récompenses & livres

Expositions notables

« Framework : Selected Prints and Works on Paper 1971-2010 »

2020, Wexler Gallery, Philadelphie, Etats-Unis

« #ArtWiseUP: Catalogue Raisonné »

2018, ArtWise, Brooklyn, Etats-Unis

Four Forty Four Gallery

2012, San Francisco, Etats-Unis

« Rétrospective »

1983, Smithsonian American Art Museum, Washington D.C., Etats-Unis

Récompenses

Prix Obra de Una Vida

2016, Concurso Municipal de Artes Plásticas Pedro Domingo Murillo, La Paz, Bolivie

Artiste officielle d’affiche

1979, UNICEF pour l’année internationale de l’enfance

Publications

Graciela Rodo Boulanger : Niños, Niños

2000, Graciela Rodo Boulanger, éditions E. Newman, Etats-Unis

Graciela Rodo Boulanger : Recent Work, October 24-December 26, 1996

1996, Buschlen Mowat Gallery, Vancouver, Etats-Unis

Graciela Rodo Boulanger

1988, Michelle Cassanetti, Lublin Graphic

Graciela Rodo Boulanger

1973, Center Art Gallery, Etats-Unis

Mario Roldán Villa (1934)

Mario Roldán Villa (1934)

Mario Roldán Villa (1934)

Mario Roldán Villa - Arte Latinoamericano Paris

© Mario Roldán Villa 

15 juillet 1935, Cali, Colombie

Plasticien. Il travaille à Carvajal & Cia dans la section d’Art et de Design en 1964, puis commence à s’intéresser aux trames. Il expose pour la première fois en 1967 à Bogota, sous la direction de Mirea Zadwasky. Grâce à ses trames, Roldan Villa se fait connaître auprès de Marta Traba, celle-ci lui affirme qu’il réalise de l’art cinétique. Il obtient une bourse pour étudier à Paris, et Grâce à l’amitié de Soto et Cruz Díez, il réussi à leur faire renouveler sa bourse. Il expose à la galerie Denise René et grâce à Vasarely, rejoint un groupe d’artistes cinétiques.

Il rencontre Soto et travaille dans son atelier, dans celui de Cruz-Diez, et enfin, dans celui d’Hugo Demarco, dont il fut l’assistant. Roldan Villa rencontre le critique d’art Frank Popper, féru d’art cinétique. Il repart en Colombie et finit ses études à l’université del Valle section architecture. En 1996, il s’installe définitivement à Paris et renoue avec ses amis. 

Il eut l’occasion de montrer son travail au célèbre critique d’art cinétique Frank Popper, et celui-ci l’inclut dans un chapitre intitulé « Nouvelles recherches tridimensionnelles« , dans son livre fondateur du genre : « L’Art Cinétique » publié en 1970. Ce livre est actuellement dans la bibliothèque du Centre Pompidou à Paris, traduit dans plusieurs langues.

Arte cinetico con Mario Roldán Villa

Réalisateur : Vladimir Garcia

Œuvre d’art cinétique « Obturation rouge et bleue », avec des disques concaves en aluminium, des cerceaux en fer et du bois. 

lLartiste a eu l’occasion de montrer mon travail au célèbre critique d’art cinétique Frank Popper, et ce dernier l’a inclus dans un chapitre intitulé « Nouvelles recherches tridimensionnelles » dans son livre « L’ART CINETIQUE » publié en 1970.

Peintures

Oeuvres de Mario Roldán Villa

Ambivalencia, 2007 Technique mixte 80 x 80 x 17 cm

Ambivalencia

2007, technique mixte, 80 x 80 x 17 cm

Vuelo de las gaviotas, 2011 Technique mixte 80 x 100 x 18 cm

Vuelo de las gaviotas

2011, technique mixte, 80 x 100 x 18 cm

Geometría Sagrada, 2007 Technique mixte 70 x 10 cm

Geometría Sagrada

2007, technique mixte, 70 x 10 cm

Volumenes virtuales, 2011 Technique mixte 64 x 64 x 92 cm

Volumenes virtuales

2011, technique mixte, 64 x 64 x 92 cm

autres informations

Travaux, récompenses & livres

Expositions notables

2° Salón Internacional de Grabado

2011, Museo Arte del Tolima, Ibagué, Colombie

1ª Exposición Alapc IntegrARTE

2005, Centre Cultural Vilassar de Dalt, Barcelone, Espagne

« 18 Grabadores »

2004, Club de Ejecutivos, Cali, Colombie

Universidad del Valle

2004, Biblioteca Central, Cali, Colombie

IV Salón de Octubre

1998, Biblioteca Central, Cali, Colombie

« Exposición Colombia »

1971, Escuela de Bellas Artes, Cali, Colombie

1e Biennale d’Arts Graphiques

1971, Museo La Tertulia, Cali, Colombie

Récompenses

Premier prix

1965, Salon régional de peinture, Croydon, Cali, Colombie

Mention Honorifique

1961, 1er Festival National d’Art, Cali, Colombie

Publications

Artistes & Photographes

2012, Antoine Godeau, Frédéric Chambre, Pierre Bergé Associés, Paris, France

L’Art Cinétique

1970, Frank Popper, éditions Gauthier-Villars, Paris, France

Les Lettres Françaises

1969, Paule Gauthier, Paris, France

Nelson Román (1945)

Nelson Román (1945)

Nelson Román (1945)

Nelson Román (1945) - Arte Latinoamericano Paris

© Universidad Andina Simón Bolívar

1945, Latacunga, Équateur

Peintre. Son éducation est éclectique, complète et entourée de grands noms de l’art de son époque. Il reçoit sa formation artistique à l’École des beaux-arts de Quito de 1962 à 1968, à l’École des arts décoratifs de Nice, avec Daniel Dezeuze et à l’École d’art et d’architecture de Marseille Luminy, avec Chistian Jaccard en 1982. 

À la recherche de nouvelles formes, couleurs et techniques, il se rend à Paris au début des années 70, où il se spécialise également dans l’art de la gravure. Il collabore avec l’anthropologue brésilien Paulo de Carvalho Neto, avec le maître Manuel Viola et le sculpteur catalan Moisés Vilella, dans un travail de recherche esthétique sur l’art préhispanique équatorien. Ses premiers travaux ont été réalisés dans l’atelier de son père Salvador Román. Il se lie d’amitié avec Washington Iza et José Unda, et ensemble ils forment le groupe Aguarrás. En 1968, il rencontre Marta Traba, critique d’art argentine, controversée et visionnaire, à Quito, en Équateur.

L’élément crucial de l’art de Roman est une vision ironique de la réalité. Son style commence dans le néo-figurativisme, inspiré par le dessin du sculpteur mexicain José Luis Cuevas, avec lequel il s’exprimait à travers des images déformées de style goyaesque. Plus tard, son art s’est orienté vers des couleurs fortes, des textures basées sur des coups de pinceau dynamiques, et des collages de matériaux divers, aussi bien de rebut que précieux (plumes de paon et feuilles d’or).

Il participe à des expositions collectives et individuelles à La Havane, Sao Paulo, au Chili, à Bogota, à Buenos Aires, à Montevideo, à Lima et à Paris. Son art est reconnu internationalement par des critiques de renom. Une de ses oeuvres se trouve au siège de l’ONU à New York.

La Historia del pintor, Nelson Román

Réalisateur : Andres Irias

Nosotras Proponemos TV a été invité à participer à l’exposition Transformation. L’espace musée a été réalisé pour faire place à 4 artistes qui composent la collection du Musée National de la Gravure de Buenos Aires : Ana María Moncalvo, Fernanda Barrera, Laura Bustos Vocos et Delia Cugat, et les montrer, dans un montage où ils rencontrent et traverser les temps et les sens pour les voir avec des yeux nouveaux. La diffusion de ces œuvres se poursuit désormais dans cette visite virtuelle au format animation.

Peintures

Oeuvres de Nelson Román

Le voyage du Cacique Banana, 2016, technique mixte, 10 x 12 cm

Le voyage du Cacique Banana

2016, technique mixte, 10 x 12 cm

El árbol de la vida, 1999, sérigraphie, technique mixte, 100 x 70 cm

El árbol de la vida

1999, sérigraphie, technique mixte, 100 x 70 cm

Couple, 2022, technique mixte,

Couple

2022, technique mixte sur papier

Tentaciones I, 1988, sérigraphie, technique mixte, 50 x 65 cm

Tentaciones I

1988, sérigraphie, technique mixte, 50 x 65 cm

Autres informations

Travaux, récompenses & livres

Expositions notables

Universidad Andina Simón Bolívar

2022, Quito, Équateur

« Obras Mayores »

2019, Palacio “La Circasiana”, Quito, Équateur

Exposition permanente

2016, Casa Museo Román, Latacunga, Équateur

« Anthologie de dessins »

2015, Centro Cultural Benjamín Carrión, Quito, Équateur

« El eterno retorno »

2013, Centro Cultural Metropolitano, Quito, Équateur

« Universos Ancestrales »

2013, Museo de Arte Moderno, Cuenca, Équateur

Récompenses

Prix de la Biennale

1980, Biennale de Guayaquil, Équateur

Grand Prix

1978, Sixième Salon Mariano Aguilera, Quito, Équateur

Prix de Gravure

1976, Salon National de Gravure, Quito, Équateur

Prix de Gravure Tempera

1973, Salon National de Tempera, Quito, Équateur

Prix du Salon

1972, Salon de Paris, Quito, Équateur

Publications

Nelson Román : La Mano que habla

2018, Alianza Francesa, Quito, Équateur

Nelson Román : El Eterno Retorno

2013, Centro Cultural Metropolitano, Quito, Équateur

Nelson Román : Universos Ancestrales

2013, Gérard Xuriguera, Museo Municipal de Arte Moderno, Bienal de Cuena, Équateur